Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 14:06

Une personne native de Tablat m'a remis ces jours-ci trois photographies qu'elle considère comme un véritable trésor. Je crois qu'elles sont inédites.

Il m' a fallu de la persuasion pour la convaincre de me les prêter, le temps de les scanner pour leur publication dans notre blog.

Que ceux qui reconnaitraient des parents ou des camarades de classe nous éclairent sur l'identité de ses écoliers du siècle dernier.

L'aide de notre ami Tahar Zeghouani serait la bienvenue.........s'il lui arrive de jeter, encore, un coup d'oeil par ici.

Djamal Tidjani.

Les costumes de ses écoliers nous éclairent sur leur condition sociale de l'époque.....

Les costumes de ses écoliers nous éclairent sur leur condition sociale de l'époque.....

Pour certains le "saroual loubia" était de rigueur.....comme la grande blouse....

Pour certains le "saroual loubia" était de rigueur.....comme la grande blouse....

Il me semble reconnaitre quelques élèves.........

Il me semble reconnaitre quelques élèves.........

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 11:27


En cette journée printanière du vendredi 10 mai 2013, le sympathique restaurant de notre ami Alliliche Said, situé en contrebas de la localité de Zmala, dans les faubourgs de la ville de Tablat, a été le théâtre d'une aussi sympathique exposition de "vieilles" voitures venues de Baba Hassen, Douéra et autres villes de la Mitidja.
Dire que ce sont de vieilles voitures serait ne pas reconnaitre le travail d'orfèvre effectué sur ces voitures par leurs propriétaires. Elles sont tellement bien bichonnées qu'elles sont toutes rutilantes, à croire, pour certaines, qu'elles venaient tout juste de sortir du dernier salon automobiles !!!
Le spectacle était saisissant pour beaucoup de jeunes curieux, venus de Tablat ou de simples passagers de la RN 8 , qui n'avaient jamais vu certains modèles comme la fameuse Peugeot 202 ou la Traction avant.
Pour couronner cette journée, le jeune Said avait offert un "autre sympathique" déjeuner à ses hôtes ( avec, entre autre, un succulent couscous bien de chez nous " arrosé" d'un lben de Naamine, le tout ponctué par de belles notes de musique concoctées par des musiciens faisant parties des invités du jour. Même l'ENTV ( Canal Algérie) était de la partie.

Après la prière du Vendredi, tous les participants ont formé un long cortège pour une grande parade dont l'itinéraire passait par notre charmante ville - Tablat-, les douars de Béni Djoghlal et de Bekkar et retour par le Col des Deux Bassins. Une superbe randonnée touristique fort appréciée par ces prodigieux "mécaniciens".
Il y avait ce jour là de nombreux photographes, à l'instar de notre inamovible et éternel présent dans de pareils évènements - GMT, pour ne pas le nommer - mais nous n'avons reçu aucune photo de sa part.
Nous ne manquerons pas de publier les photos qui nous parviendraient, n'est-ce pas GMT ?

PS: Notre ami (sic) El Hadj Moussa Griou est resté égal à lui même : il est le premier sur le théâtre des évènements avec tout son attirail pour prendre des photos mais malheureusement il a chopé un drôle de virus qui n'existe que pour lui, celui de ne jamais donner ( ou prêter ) les photos qu'il a prises. Sacré Moussa.

Heureusement que notre ami ( sans sic, cette fois-ci) Said ALLILICHE nous prêté les photos de la caravane qui est passée l'année dernière.
Djamal Tidjani.

Les frères Alliliche. Boualem aux cheveux blancs (portrait craché de son père ammi Seghier Allah Yarhmou) et Saîd devant le restaurant.
Les frères Alliliche. Boualem aux cheveux blancs (portrait craché de son père ammi Seghier Allah Yarhmou) et Saîd devant le restaurant.

Les frères Alliliche. Boualem aux cheveux blancs (portrait craché de son père ammi Seghier Allah Yarhmou) et Saîd devant le restaurant.

Voici la fameuse Peugeot 202 .....âgée de 67 printemps !!!

Voici la fameuse Peugeot 202 .....âgée de 67 printemps !!!

Said Alliliche....tout sourire dehors.........en 2012

Said Alliliche....tout sourire dehors.........en 2012

Toujours en 2012. Quelques fausse notes avec des voitures récentes ( clients et admirateurs)...

Toujours en 2012. Quelques fausse notes avec des voitures récentes ( clients et admirateurs)...

La fameuse Jeep de AMMI SEGHIER ( Allah Yarhmou)

La fameuse Jeep de AMMI SEGHIER ( Allah Yarhmou)

La pose ...............Au fait, la Jeep est en état de marche et circuke normalement !

La pose ...............Au fait, la Jeep est en état de marche et circuke normalement !

Un alignement parfait.....examinez la " tenue" de la 403.....comme celle de Colombo

Un alignement parfait.....examinez la " tenue" de la 403.....comme celle de Colombo

Et pour clôturer la journée.....un bon couscous offert par Said Alliliche dans la terrasse de son restaurant.

Et pour clôturer la journée.....un bon couscous offert par Said Alliliche dans la terrasse de son restaurant.

Il est très agréable de manger dans cette terrasse..............et de prendre le thé l'après midi...

Il est très agréable de manger dans cette terrasse..............et de prendre le thé l'après midi...

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 15:09

Voici quelques photos du chantier de la reconstruction de la mosquée "El Attik". depuis le lancement des travaux, on peut dire que l'entrepreneur ne risque pas d'être pris en flagrant délit d’excès de vitesse !

A vous de juger !

POUR LES NOSTALGIQUES.............
POUR LES NOSTALGIQUES.............
POUR LES NOSTALGIQUES.............
Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 23:34

L'administration du blog souhaite à tous les tablatis une bonne et heureuse année 2013. Que cette année soit de bon augure pour notre ville.On lui souhaite beaucoup de progrès et de développement dans tous les secteurs

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 14:46

En premier lieu, nous souhaitons la bienvenue à la nouvelle APC de Tablat qui vient d'être élue en ce jour du jeudi 13 décembre 2013 avec, à sa tête, Mounir Tidjani. Selon des sources concordantes, Messieurs Ali Larbi et Ali Bouamama sont pressentis comme les futurs vice-présidents.

Cet article est proposé par l'administration du blog à ses fidèles lecteurs et, partant, à tous les tablatis pour qu'ils s'expriment sur les problèmes de leur commune; problèmes pour lesquels ils souhaiteraient que leurs nouveaux élus accordent la priorité sinon toute leur attention.

Nous savons que plusieurs secteurs sont touchés, à savoir l'emploi, le logement, l'eau, l'éducation, les transports le gaz butane, le gaz de ville etc...

L'administration du blog.

 

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 19:44

Une bonne nouvelle pour les habitants de Tablat en ce mois sacré de DHOU EL HIDJA : la reconstruction de la mosquée "EL ATTIK" est sur le point de démarrer.

En ce vendredi 02 novembre 2012 correspondant au 17 DHOU EL HIDJA 1433, on pouvait voir les premiers chargements de sable et de gravier à proximité du chantier.

Prions ALLAH Le Tout Puissant de nous aider dans la construction de la nouvelle mosquée car la seule mosquée existante ne suffit pas surtout pour la prière du vendredi.

Passons à un autre registre : le coût de la démolition de la mosquée.  On a pu lire dans un commentaire que les travaux de démolition auraient coûté la somme de  10 000 000  DA ( un milliard de centimes)..

Pour en avoir le coeur net, il n' y a pas mieux que d'aller à la source pour avoir la meilleure information, c'est à dire le Président de la comission de la mosquée en la personne de Ahmed Rabai, notre menuisier.

Nous avons appris que la comission avait reçu deux devis pour la démolition , l'un de 750 000 DA ( 75 millions) et l'autre de 800 000 DA ( 80 millions).

En fin de compte, cette démolition n'aura coûté que la bagatelle de 110 000 DA ( 11 millions de centimes) et ce grâce à l'aide de l'APC de Tablat et de la solidarité de tous les tablatis, entrepreneurs et citoyens .

La dépense des 110 000 DA a été incontournable puisqu'elle a permis de démolir le minaret sans causer de dommages collatéraux aux riverains ou aux citoyens.

Il fallait que la vérité soit dite et connue de tous les citoyens car la construction de la mosquée sera certainement longue et difficile si l'on sait que la subvention allouée par l'Etat ( à peu près un milliard  sept cent millions de centimes) ne suffira pas.

Que chacun de nous contribue à la réalisation de ce noble projet par les moyens dont il dispose. Allah reconnaitra Les Siens.

 

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 08:47


Actualités : DISTRIBUTION DE GAZ BUTANE DURANT L’HIVER
Naftal se prépare et innove


Une quinzaine de microcentres enfûteurs de gaz butane sont mis en place progressivement par la société de distribution Naftal dans les zones montagneuses susceptibles d’être isolées par la neige.
D’une capacité d’emplissage de mille bouteilles chacune et pouvant être mobiles, ces microcentres permettront aux citoyens de s’approvisionner en gaz butane dans des localités déja identifiées, en complément aux 42 centres enfûteurs déjà opérationnels et mobilisables 24h/24. Selon le président-directeur général de Naftal, Saïd Akretche, qui était, hier matin, l’invité de la rédaction de la Chaîne III de la Radio nationale, cette initiative vise à empêcher la réédition des dysfonctionnements survenus en début d’année, une période marquée par un froid terrible et d’importantes neiges. Et d’autant que les dispositions habituellement prises ont été alors vite «dépassées», reconnaît M. Akretche, et la situation aurait pu être pire sans «la réactivité de l’entreprise qui a été à la hauteur de l’événement» et la mobilisation de divers intervenants. Autres innovations apportées, l’augmentation des stocks de vrac (matières premières) et de conditionnement des bonbonnes, la mise en place de trois nouveaux dépôts-relais à Dekkar, Ksar El Boukhari et Tablat en sus des 50 opérationnels, lancement de 300 nouveaux points de vente. Comme le premier manager de Naftal évoque la création d’une centaine d’aires de stockage et de régulation pouvant être gérées par les APC si leurs moyens financiers le leur permettent, outre leur participation au ramassage des bouteilles vides. Invitant les citoyens à commencer à remplir dès maintenant leurs bonbonnes vides, Saïd Akretche a indiqué, par ailleurs, que 400 citernes de gaz propane peuvent être mises à la disposition des éleveurs de volaille notamment, selon des modalités de financement. De même, le Pdg de Naftal a indiqué que le transport de gaz entre Arzew et les ports d’Alger, Béjaïa et Skikda sera renforcé par l’introduction de deux nouveaux navires. Par ailleurs, le P-dg de Naftal a indiqué que sur les quarante- deux stations-service programmées le long de l’autoroute Est-Ouest et devant être livrées fin 2013, quatre stations sont déjà fonctionnelles et cinq autres seront prochainement réceptionnées. Et cela même si Saïd Akretche ait tacitement regretté que son entreprise n’ait pas été associée dès le départ au projet de réalisation de l’autoroute Est-Ouest.
Chérif Bennaceur

 

Article paru ce jour, 29 octobre 2012, sur le Soir d'Algérie.Une bonne nouvelle pour notre région loesqu'on sait que nos "compagnards" avaient rencontré les pires difficultés pour s'approvisionner en gaz butane. Un remerciement anticipé à Naphtal.

 

* Autre adage, rendons à César ce qui appartient à César !

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 23:20

   

A l'occasion de l'AID EL ADHA de l'année 1433, l'administration du blog présente ses meilleurs voeux à tous les musulmans et souhaite à la ville de Tablat un avenir meilleur.

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 01:20

 

Le dossier du jour Edition du 6/10/2012 

Sa beauté n’a d’égale que l’ampleur de ses problèmes
Tablat, une localité où on pourrait mieux vivre
Par Farid Houali 


Richesse - La beauté et la diversité des paysages de la région de Tablat sont typiques. Celui qui visite cette région pour la première fois, la découvre comme un spectacle plein, vibrant et reposant.

La commune de Tablat se situe en plein cœur de l'Atlas tellien, à 130 km au nord-est de la wilaya de Médéa à laquelle elle est rattachée administrativement et à 65 km au sud d'Alger. Elle est considérée comme l’un des arrondissements les plus anciens de l’Algérie. Le printemps y est présent presque toute l'année.
Pour y parvenir, nous avons, en ce lundi caniculaire du mois d e septembre, dû emprunter le chemin le moins long, via Larbaâ (wilaya de Blida). Seulement 88 km séparent les deux localités.
Accidenté et serpenté dans la majorité de ses tronçons, le parcours n’est pas du tout facile à faire. «Cette Route nationale N°18 qui mène jusqu’à Sidi Aïssa dans la wilaya de M’sila et Sour El-Ghozlane dans la wilaya de Bouira, est tristement célèbre pour le grand nombre d’accidents survenus ici et là», témoignent des automobilistes.
Le plus grand danger est représenté par les semi-remorques qui le sillonnent à longueur d’année. La beauté du paysage est en outre entachée par le spectacle des arbres calcinés l’été écoulé par les feux de forêt.
Un spectacle qui témoigne une fois de plus de l’inconscience de l’homme quant à la préservation des espaces végétaux. D’ailleurs l’odeur des cendres éparpillées par le vent nous a accompagnés tout au long du voyage. A mi-chemin entre Larbaâ et Tablat, nous découvrons une paisible localité, Souhane.
Dépendant administrativement de la wilaya de Blida, cette «petite» commune représente le point limite entre cette dernière et la wilaya de Médéa. Ici on ne peut que remarquer la propreté des lieux.
«C’est un point positif parmi tant d’autres de notre commune. Il ne faut pas trop se poser de questions, mais nous reconnaissons que depuis la venue de l’actuel P-APC, notre commune s’est petit à petit, réveillée de son hibernation après de longues années de disette», assurent des citoyens rencontrés non loin du centre de santé de la localité.
Ce dernier, chose rare dans nos centres de soins, «dispose de tous les moyens assurant son bon fonctionnement», ont souligné à ce propos, un médecin psychologue et un infirmier rencontrés sur place. Aux alentours, une Maison de jeunes bien équipée est également mise à la disposition des jeunes de la localité. Les citoyens ont aussi salué «l’abondance de liquidités dans le bureau de poste de Souhane».
Un exemple que l’on devrait suivre dans les autres bureaux de poste.
Cependant, l’on se plaint beaucoup de la rareté du transport ainsi que du chômage qui n’en finit pas. «Un problème qui dépasse les capacités de la commune», selon les explications fournies par le P-APC qui a promis «une meilleure prise en charge dans un avenir proche».

 

La hantise de l’hiver 2012

Inquiétude - Les habitants n’ont pu cacher leur crainte d’un hiver semblable à celui de 2012 puisque «cette expérience n’a pas servi de leçons».

Aux portes de l’hiver, les Tablatis redoutent une forte pénurie en gaz butane. Un manque qui n’a pas été sans causer des désagréments aux populations durant la tempête de neige qu’ont connue certaines villes de l’Intérieur en février dernier. «Personne ne s’attendait à ce que cette tempête soit aussi rude.

En l’espace de quelques jours seulement, on se retrouve pris entre le marteau d’épaisses couches de neige et l’enclume du manque des bonbonnes de gaz butane. Nos camionneurs ont dû passer des nuits durant au dépôt de Beni Slimane pour revenir bredouilles.

Notre salut, on ne le doit qu’aux gendarmes et autres militaires, qui outre l’escorte des camions Naftal, ont libéré les routes menant à notre localité et les villages avoisinants», a témoigné Djilali, commerçant, affirmant que «les responsables municipaux attendaient que les chemins soient bloqués pour intervenir et ainsi acheminer les bonbonnes de gaz à temps». Et maintenant, qu’«attendent les élus pour prendre les dispositions nécessaires ?», s’est-il interrogé. Et c’est cette même question qui revient sur toutes les lèvres. «Avant de parler des dispositions à prendre s’agissant de garantir une disponibilité de la bonbonne de gaz butane, il faudrait souligner d’abord qu’il est inconcevable que notre région ne soit pas raccordée au gaz de ville», a souligné, pour sa part, Hamid, camionneur-livreur de gaz butane.

Selon lui, il est impératif de faire bénéficier la région de Tablat en gaz de ville d’autant qu’un gazoduc traverse les montagnes proches. «On a à maintes reprises vu des "experts" parcourir ces montagnes. Ils partent et ils reviennent mais sans rien apporter à notre région. Du côté officiel, ce ne sont que des promesses qui tardent à se concrétiser. En attendant, préparons-nous à nous prendre en charge nous-mêmes comme c’est le cas à chaque fois», a-t-il encore souligné.

Pour les Tablatis, «les interventions incessantes des gardes forestiers ont fait que même le bois n’est pas disponible. On a beau essayer de remédier au manque de gaz en allant couper du bois dans les forêts des environs mais les gardes forestiers s’y sont toujours opposés.

Il est formellement interdit de toucher aux arbres avec vos tronçonneuses. Allez chercher un autre moyen pour vous réchauffer ailleurs que la forêt, nous dit-on à chaque fois», a assuré Abdellah, enseignant.

Pour lui, il est certes légitime de protéger la végétation, mais il ne faudrait pas que ce soit au détriment de la santé des populations. Rappelons que parfois, la température avoisine 0°C ici.


Fateh Djeghdali (*) à InfoSoir

«Parfois, le citoyen manque d’objectivité»


InfoSoir : Des citoyens de votre commune affirment que votre mandat a été marqué par des manquements flagrants…

F. Djeghdali : En tant que responsable, il est impossible de satisfaire tout le monde. On ne peut en aucun cas plaire à tous les Tablatis. Parfois, le citoyen se veut à la place de ce responsable sans pour autant prendre en compte la lourdeur de sa tâche. Ce qu’on a pu réaliser jusque-là témoigne en notre faveur. Parfois, le citoyen manque d’objectivité.

Pourtant, le gaz de ville est inexistant alors qu’un gazoduc passe juste à côté…

Vrai. Mais ce gazoduc qui passe par Tablat et dont le point de chute est Sidi R’zine, n’est pas fonctionnel. Mais le levier topo a été fait pour toute la région, concernant ce gazoduc et tout a été remis à la Direction de l’énergie et des mines (Demi) par le biais de la wilaya. La Demi est en train d’accélérer les choses puisque les études ont été faites, les cartes sont prêtes et la réalisation ne va pas tarder. Tout dépend du ministère de l’Energie. Probablement, le premier trimestre de l’année prochaine.

Et qu’en est-il de la disponibilité de la bonbonne de gaz ?

Des espaces sont déjà réservés au profit de Naftal afin que la situation vécue l’hiver écoulé ne se répète pas.

Et les logements sociaux attribués à des étrangers à la commune ?

Tout dépend ce que l’on appelle étranger. Si le bénéficiaire vient d’un village des environs, pour moi c’est un citoyen de la commune. Rien de plus.

Certains citoyens disent que l’eau ne coule dans leurs robinets qu’une fois tous les cinq jours…

Ce n’est pas vrai. L’alimentation des différents quartiers du chef-lieu de la daïra de Tablat se fait une fois tous les trois jours. Cette situation est due en premier lieu à l’inexistence d’aires de stockage capables de contenir toutes les quantités qui nous parviennent des sources.

Et il faut noter dans tout cela que notre commune fait partie des deux seules communes de la wilaya de Médéa où l’eau est gérée par les services municipaux de la production jusqu’à l’exploitation. A tout cela s’ajoute le problème de l’usure de la tuyauterie qui ne résiste pas longtemps à une eau calcaire.

Autre chose : reconnaissons que l’APC ne dispose pas d’assez de moyens pour assumer cette tâche à elle seule. Donc, il faudrait attendre l’arrivée de l’Algérienne des eaux (ADE) pour que cette épineuse question soit réglée définitivement une fois la localité alimentée du barrage de Koudiet Tassardount. Autrement dit : d’ici à mars 2013, les choses rentreront dans l’ordre et nous promettons de l’eau 24 h sur 24.

On a également relevé l’inexistence d’un hôpital…

L’histoire de l’hôpital de Tablat (un don saoudien) est connue de tout le monde. Sa réalisation a été confiée par le passé à un entrepreneur américain qui s’est avéré incapable de concrétiser le chantier. Ce qui a contraint les responsables algériens à résilier son contrat. Après un arrêt forcé, le chantier a été relancé. Et c’est une entreprise algérienne qui s’en occupe.

Cette même entreprise ayant connu des soucis financiers avec les Saoudiens, a à son tour, arrêté les travaux depuis près d’une année. Pour notre part, nous faisons des pieds et des mains afin que le projet redémarre.

F. H.

(*) P/APC de Tablat

 

POUR COMPLETER LA SERIE D'ARTICLES ET REMERCIER LE LECTEUR , AUTEUR DU PREMIER COMMENTAIRE


Une cantine pour… 700 écoliers



Constat - Plus de 700 écoliers se bousculent pour se restaurer au niveau d’une seule cantine dans des conditions d’hygiène déplorables.

Les trois établissements scolaires primaires du centre ville de la commune de Tablat, à savoir : l’école Chahid Saoudi-Ahmed, et les deux écoles Chahid Si Lakhdar 1 et 2 qui accueillent plus de 700 écoliers, n’ont, jusqu'à ce jour, qu’une seule cantine. Cette dernière était encore en réfection lors de notre passage. Trois trépieds (tabouna) n’inspirant pas confiance, traînent dans un coin de la cuisine près d’un même nombre de bouteilles de gaz.
Le parquet est d’une extrême saleté, les vitres dont certaines sont brisées, dénotent que l’entretien est le dernier des soucis ici. Le responsable nous dit : «Regardez par la fenêtre, les enfants peuvent se délasser entre le repas et la reprise des cours dans ce jardin pour leur éviter l’oisiveté et les dangers de la rue.» En vérité, cet espace n’a rien à voir avec un jardin.
C’est un véritable champ envahi de ronces. «Trois éléments recrutés dans le cadre du filet social, s’occupent de la cuisine», nous disent certaines personnes chargées de la restauration. Une information que le P/APC de Tablat, Fateh Djeghdali, dément. «Nous avons un cuisinier titulaire d’un diplôme délivré par le Centre de formation professionnelle (CFPA) et deux assistants qui émargent effectivement aux registres des bénéficiaires du filet social», nous dit-il.
Et de souligner également qu'«il s'agit particulièrement d'agents affectés au niveau des réfectoires pour servir sur place des repas chauds aux élèves». A cet égard, rappelle-t-il, même si la rémunération des bénéficiaires de ces emplois est assez modeste, puisque de nature sociale, il n'en demeure pas moins qu'ils sont par ce fait même éligibles aux avantages de la sécurité sociale. Ce responsable semble ne pas être au courant que cette cantine est dépourvue des principaux équipements, à savoir les armoires frigorifiques et une cuisinière pour remplacer les réchauds qui sont un véritable danger. Les sanitaires des deux écoles Chahid Si Lakhdar sont dans un état lamentable. L’alimentation des écoliers en eau potable se fait depuis une citerne exposée au soleil à l’entrée de l’Etablissement scolaire Si Lakhdar 1. Pour faire un état des lieux au niveau de l’école Saoudi-Ahmed, le chef de l’établissement a affiché un niet catégorique à notre visite.
Il a même refusé de s’entretenir avec nous . «Je n’ai pas besoin de transport scolaire. Et pour la cantine, les enfants se restaurent au niveau de la cantine située au niveau de l’école Chahid Si Lakhdar», nous dit-il devant le portail de l’établissement qu’il nous ferme au nez.

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 23:21


   

Comme chacun le sait, l’année 2012 est, pour tous les algériens, une année particulière. L’Algérie fête le cinquantième anniversaire de son indépendance.

Partout, à travers le pays, des manifestations culturelles et sportives ont été organisées pour commémorer cet anniversaire. Toutes la chaines de télévision et de radios algériennes ont, par la programmation de films ou de débats, « revisité » l’Histoire de la « Révolution Algérienne ». Partout, dans le monde, les chaines de télévision ont, également, évoqué cet évènement.

A Tablat,  il  existe une poignée d’hommes, dont l’amitié s’est forgée  et consolidée depuis de très longues années, depuis les bancs  de l’école primaire puis du secondaire et bien au-delà……..

 Ces hommes, ce sont d’anciens élèves de la « fameuse » classe de 4ème B1 de l’année scolaire 1975-1976 du collège Gamal Abdenacer de Tablat. « Fameuse » à plus d’un titre parce qu’un noyau de cette classe a organisé,  ces dernières années, à Tablat et même à Médéa, des rencontres inoubliables à l’occasion desquelles de vibrants  hommages ont   été rendus  au corps enseignant.

Qu’on se souvienne, surtout, de ce « Youm El Ilm » du 17 avril  2010, journée mémorable, journée des  grandes retrouvailles entre enseignants et élèves. Les élèves de la 4ème B1, pour qui le mot          «  impossible » n’existe pas, avaient, en effet,  joué aux Sherlock Holmes pour retrouver, cette année là, leurs professeurs dispersés à travers toute l’Algérie.  Pratiquement, tous leurs professeurs étaient réunis ce jour là, ceux du primaire comme ceux du secondaire. Ces élèves avaient montré, à cette occasion, dans un grand élan de générosité, le chemin à suivre aux autres générations d’élèves, celui de savoir cultiver le respect et la reconnaissance à leurs professeurs, savoir leur dire en tous lieux et en tous temps, tout simplement, « merci ».

Comme pour ne pas  faillir à leurs nobles habitudes (j’allais dire «  traditions »), Les Talbi M’Hamed, Hadj Kadi Moussa, Meziane Djamel, Merzouk Soraya, Boudjerada Halim, Larbi Ali, Halouane Ali, Meziane Kamel, Alliliche Saïd, Ahcène El Kedim ( que les autres que je n’ai pas cités m’excusent) ont, comme en 2010 et en 2011, récidivé, cette année.

L’occasion leur a été offerte, cette année, par l’exploit réalisé par le  CEM « Lounici Ali » de Tablat ( 124 élèves) qui a  décroché la palme : obtenir la première place au niveau de la wilaya de Médéa avec un « 100% » de réussite à l’examen du BEM 2012. Il devance, ainsi,  le CEM « Belaïd Abdelkader » de Berrouaghia (86 élèves) qui a, également, réussi un sans faute avec un autre « 100% » de réussite.

Pour la petite histoire, il faut savoir que le collège de Berrouaghia existe depuis………………..1905 et que feu Benkhedda Youcef y avait étudié……..

La moyenne et le nombre d’élèves ont fait que le CEM de Tablat s’est hissé à la première place. Un grand bravo aux élèves de ces deux collèges !

Nos mécènes de la 4ème B1 ont tenu à marquer cet exploit, le premier du genre à Tablat depuis l’indépendance, en récompensant, les trois premières lauréates ( eh ! oui, ce sont , encore, des filles, n’en déplaise aux misogynes !) et leurs professeurs ainsi que le chef d’établissement, Monsieur Hamdadou Hocine..

 Les trois lauréates sont :

Boumaîzia Rania avec 18.68 de moyenne,

Zeghar Ikram, avec 18.08

Maaloum Samia, avec 18.02.

Alf Mabrouk !!!

Parmi les invités à cette sympathique fête, Il y avait, le Président de l’APC de Aissaouia, Mohamed Kalem , le Secrétaire Général del’APC de Tablat, Mohamed Hadidi , les membres des familles des lauréates avec, à leur tête, Abdelkader Lakhdari en sa qualité de Président de l’association des parents d’élèves, le rédacteur en chef de la radio Titteri, Allag Mohamed et les membres du corps enseignant, les directeurs des CEM de Aissaouia (Mohamed Bouhamidi), de Mezghenna (Ziane Abdelkader) et de Djouab (Mohamed Sellani), Mohamed Gheffar et Tahar Ghouali.

Comme il en a le secret, cette année le Professeur M’Hamed Talbi a fait rencontré deux enseignants qui se connaissent mais qui ne se sont pas vus depuis………………1970 ! il s’agit de Mohamed Koudifa, venu de sa « lointaine » Bou Saada, et Tahar Ghouali. Pour rire : devant Mhamed Talbi, ils se sont croisés et se sont salués, en ce samedi  7 juillet 2012, sans se reconnaitre !!! Il faut dire, aussi qu'ils ont bien changé physiquement, avec le poids des ans.......

Deux mots pour conclure : nous citerons l'inégalable maître de cérémonie, le Professeur M'Hamed Talbi pour  le cours magistral qu'il a donné en direction de tous les invités présents sur le rôle et la place de chaque enseignant dans la société et de l'importance du Savoir, avec un S majuscule !

Nous n'oublierons pas El Hadj Moussa Kadi qui a eu la gentillesse d'offrir quelques bouteilles d'eau de ZEM ZEM aux enseignants et d'avoir offert un succulent déjeuner à tous les invités.

PS: Notre ami, Mhamed Talbi, a toujours le mot pour rire et, surtout, pour tenir l'assistance en éveil, expérience de professeur ! Il nous a toujours raconté des faits historiques ou relaté des évènements anciens. On apprend toujours quelque chose avec lui. Tout cela sans vanité de sa part !

Ce dernier samedi, il avait levé la tête et avait vu un vasistas qui servait à l"aération de la salle où se tenait la rencontre de la famille " enseignante". Il a sauté sur l'occasion et nous avait expliqué que le mot français actuel "vasistas" dérivait de l'expression allemande"Was ist das ?". Par curiosité intellectuelle, j'ai consulté Wikipédia et voici ce que j'ai trouvé : Un vasistas est une ouverture aménagée dans une fenêtre ou dans une porte, à hauteur des yeux ou dans leur partie supérieure. Il désigne aussi une fenêtre installée sur un toit ou dans un mur pour la ventilation et l'éclairage des combles ou d'une cave. Emprunt oral à l'allemand, ce mot a pour étymologie la question récurrente « Was ist das ? », signifiant en français « Qu'est-ce que c'est ? », exprimée via une sorte de guichet, par des Allemands à leurs visiteurs français avant de leur ouvrir la porte.

Djamal Tidjani

cem-lounici-ali-0014.JPG

Vue sur la façade principale du CEM "LOUNICI Ali"...........sur la route de Beni Djoghlal............

DSC07565

La cérémonie de remise des prix a commencé par la lecture par la jeune Maaloum Samia, une des lauréates du jour   de  سورة .الفتح

 

DSC07572.JPG

Ce fut, ensuite, le tour de la très jeune et "colorée" chorale dirigée par le jeune Talbi Adeld'entonner l'hymne national " Kassamen".

cem-lounici-ali-0045.JPG

Le garde à vous pour écouter Kassamen...............côté femmes..........

cem-lounici-ali-0046.JPG

Et.................le côté hommes............avec, en sus, deux reporters photographes....................


cem-lounici-ali 0187

A tout seigneur....tout honneur : les élèves de la classe de 4ème B1...........en compagnie du frère et des enfants d'un des leurs, Allou Allel (Allah Yarhmou) qu'ils n'ont pas oublié.

DSC07573.JPG

"El Ousted" Mhamed Talbi, le maître de cérémonie , dans une brève allocution, a expliqué la portée du geste de la classe de la 4 ème B1 et les circonstances de sa présence dans le CEM "Lounici Ali".

DSC07576.JPG

Hamdadou Hocine, le directeur du CEM "Lounici Ali", a souhaité la bienvenue à tous les invités et a remercié, au nom des élèves et de leurs parents ainsi que de leurs professeurs,  les élèves de la 4ème B1 pour noble initiative.

cem-lounici-ali-0119.JPG

La grande salle du CEM "LOUNICI Ali" a failli ne pas suffire pour recevoir tous les invités.............

cem-lounici-ali-0058.JPG

El Hadj Moussa Kadi, notre mécène, assis à côté des prix qui seront distribués aux trois premiers lauréats et à leurs professeurs.

DSC07581.JPG

La première lauréate, Boumaiza Rania avec "ses" 18.68 de moyenne, en compagnie de son père, Ayache, et de son directeur. Le prix représente le globe terrestre. Comme l'avait si bien dit, Mhamed Talbi, celui qui détient le Savoir détient le Pouvoir..........de gouverner.......tout le globe........mais pacifiquement.

DSC07585.JPG

Le 1er prix.........................

DSC07588

El Hadj Ali Zeghar a tenu à accompagner sa petite fille, Zeghar Ikram, deuxième avec 18.08 de moyenne. Le grand père semblait plus ému que sa petite fille............et n'a pas manqué de remercié les organisateurs de cette fête et les professeurs du CEM.

DSC07592.JPG

La troisième lauréate, Maaloum Samia, avec 18.02 de moyenne.....tout sourire dehors !

Après les élèves, ce fut le tour de leurs professeurs de recevoir un prix réunissant tous les symboles liés à leur noble profession. C'est, du reste, la "marque" de fabrique des élèves de la 4ème B1: les prix qu'ils offrent sont "expressifs" et en adéquation avec l'évènement célébré !

Nous livrons, c-après, les différentes photographies prises à cette occasion et qui concernent les professeurs suivants, chacun dans sa spécialité :

Oullache Abdelkader, lettres arabes et éducation religieuse,

Madame Boudiaf Zahia, lettres arabes et éducation religieuse,

Nekkache abdelkader, mathématiques,

Mekkaoui Samra, mathématiques,

Alili Karima, sciences naturelles,

Larbi Mourad, sciences physiques,

Bettache Tahar, sciences physiques,

Tounsi Messaoud, histoire-géographie,

Merzouk Soraya, français,

Adlane Mohamed, français ( étant absent,  le prix a été remis au directeur du CEM),

Sassane Abla, anglais,

Yahiaoui Houria, dessin,

Talbi Adel, éducation sportive et physique.

DSC07598

Avec Oulache , Mhamed Talbi a donné les premières explications sur le contenu du prix.....et semble fortement insister pour que l'assistance comprenne bien ses commentaires.

DSC07601

cem-lounici-ali-0136.JPG

Que dit Mhamed Talbi, la main sur le coeur?

cem-lounici-ali 0147

cem-lounici-ali-0149.JPG

Qu'est ce qui fait tant rire les deux compères, El Hadj Moussa Kadi et Mhamed Talbi ? le cartable ?

cem-lounici-ali-0148.JPG²

Il y a comme un grand absent, dans cette photo : le tout petit sourire............................


cem-lounici-ali-0154.JPG

Larbi Ali, un de la 4ème B1, est venu à la rescousse pour aider son neveu Mourad ( fils de Amar à qui nous souhaitons une meilleure santé) à montrer le prix qui lui a été remis.

cem-lounici-ali-0156.JPG

Toujours les conciliabules entre Hadj Moussa et Mhamed !

cem-lounici-ali-0160.JPG

Je me demande ce qui a bien  pu attirer les regards des deux professeurs............

cem-lounici-ali-0161.JPG

Soraya a bien ajusté ses lunettes pour mieux voir son prix.......sous le regard amusé de notre grande amie Madame Mesbah qui reste toujours attachée à la famille de l'enseignement.

cem-lounici-ali-0166.JPG

Madame Sassane semble dire à Mhamed Talbi " et ce prix, tu le remets ou non ?

cem-lounici-ali-0169.JPG

Ouf ! le prix a été remis avec le sourire des deux côtés ! Il était temps !

cem-lounici-ali 0173

On aurait aimé un petit sourire......


cem-lounici-ali-0176.JPG

On se sait pas si tonton Mhamed a fait exprès ou non mais le jeune Adel Talbi, en bon sportif, a patienté avant de recevoir, en dernier, son prix. En plus de ses fonctions de professeur d'EPS, Adel dirige la chorale qui s'est produite quelques instants auparavent.......en couleur et avec brio !

cem-lounici-ali-0188.JPG

Non, Monsieur Hamdadou, on n'est pas à la caserne . Vous pouvez vous mettre au repos..........vous l'avez bien mérité avec un 100 % de réussite pour " ce " BEM 2012 !

cem-lounici-ali-0192.JPG

Abdelkader Lakhdari - notre Zellagui - le Président de l'association des parents d'élèves au niveau du CEM "LOUNICI Ali" en djellaba blanche............

Après ces photographies " protocolaires" laissons libre court aux autres.........plus éclectiques :

DSC07552.JPG

La rencontre entre Tahar Ghouali ( en chemise blanche) et Mohamed Koudifa ( en tenue kaki). Ils ne se sont pas vus depuis 42 ans!!! A gauche, tout sourire, Djamel Meziane et, à sa gauche, Bouzid Halitim, venu, lui aussi , de Bou Saada.

cem-lounici-ali-0023.JPG

Deux vieux amis Halitim Bouzid et Mohamed Gheffar...........que se racontent-ils ?

cem-lounici-ali-0030.JPG

L'infatigable et la toujours souriante Soraya Merzouk ( en hidjab "targui"...) , une de la classe de 4ème B1.............La voilà, apportant thé, café, m'semens et gâteaux pour les invités.............

cem-lounici-ali 0303

Là, Soraya y va d'un éclat de rire franc et sincère, en compagnie de ses collègues...........devant une table qui semble bien garnie !

DSC07562.JPG

El Hadj Moussa et El Hadj Moussa , c'est tout ce qu'ils ont de commun. L'un , c'est Kadi et, l'autre, Griou.

El Hadj Griou  - qu'il me pardonne si je fais le cafteur- est la personne, à Tablat.....et dans le monde, qui a la plus grande photothèque du monde . Cela est bien beau mais le hic, c'est qu'il ne fait pas bénéficier les autres ! Il a un sens de rétention des archives phénoménal ! Il a des photos de tout le monde et c'est l'une des rares fois où il se fait piéger en gros plan ( remarquez, ils sont photogéniques, lesux hadji) ! Sacré Hadj Moussa !

cem-lounici-ali 0304

Moments forts sympathiques où le service était impeccable. Un grand merci au personnel du CEM "Lounici Ali", sans oublier l'économe et le cuisinier.

cem-lounici-ali-0027.JPG

Mais que regarde le "jeune" Halim Boudjerada ( un de la 4ème B1) et pourquoi Tahar Ghouali met-il sa main devant et sa bouche et son nez ?

cem-lounici-ali-0200.JPG

Voilà ce que beaucoup d'invités des tablatis apprécient chez nous : nos fameux msemens ! Et Soraya s'est fait un plaisir de les ramener, tous chauds, ce samedi.....de fête !

cem-lounici-ali-0203.JPG

La discipline était beaucoup plus du côté des femmes..............c'est pour cela que vous n'allez pas voir les hommes déguster leurs gâteaux.........c'est du "pousse toi que je m'y mette" !

Repost 0
Administrateur du Blog
commenter cet article

Présentation

  • : Tablat, ma ville, le blog de tous les Tablatis
  • Tablat, ma ville, le blog de tous les Tablatis
  • : Tablat, ma ville : est un espace d'échange et de dialogue entre tous les tablatis.
  • Contact

Recherche

Liens